La perspective d'une libéralisation du cannabis déchaîne la spéculation financière sur des multinationales qui lorgnent sur ce marché
Par mrpolo, dans Ce que nous avons retenu...,

Face à l’impuissance des pouvoirs publics à éradiquer le trafic de drogue et à libérer des banlieues des bandes armées qui contrôlent le marché, l’idée de légaliser le commerce du cannabis refait surface et fait rêver les spéculateurs.
 

 
A Dijon, Lille, Nice, Marseille, les guérillas urbaines se multiplient pour le contrôle du trafic de drogue et le contrôle d’un marché qui est sorti très vite du confinement. Mais face à l’impuissance des pouvoirs publics de faire cesser ce terrorisme de banlieue, l’idée de légaliser la vente de cannabis a refait surface. Cette idée n’est pas nouvelle. Beaucoup d‘économistes sont capables d’expliquer qu’un marché de pénurie et très réglementé crée la rareté, fait monter les prix et encourage le marché de l’ombre et donc le trafic. A contrario, on explique qui si on libère le marché en éliminant toutes les contraintes, la rareté tombe, les prix s’effondrent et le commerce de la drogue devient beaucoup moins lucratif et dissuade les organisations de poursuivre leur coupable industrie.
C’est exactement ce qui s’était passé aux Etats-Unis au siècle dernier avec la prohibition de l’alcool. Les interdits avaient drainé aux organisations clandestines et mafieuses des revenus illégaux mais colossaux qui leur avaient permis de construire des empires diversifiés dans les jeux,la prostitution, et de s’immiscer dans les syndicats et même la politique.
L’arrêt de la prohibition a sonné la fin du règne d’Al Capone et de son pouvoir sur le territoire des États-Unis.
Cela dit, la légalisation de l’alcool ou de n’importe quelle autre drogue ne résout pas les problèmes. La levée des interdits sur l‘alcool n’a pas diminué le nombre d’alcooliques. Quant au marché de la drogue, il se diversifie et trouve souvent d’autres substances plus dures, plus rares. Donc une grande partie du marché se déplace et les banlieues gangrenées restent gangrenées. Il est évident que parallèlement à la mise en place d’un arsenal répressif, il faudrait trouver des activités alternatives qui permettent de garantir un niveau de vie décent.
Le cannabis à usage médical a été autorisé en France à titre expérimental en 2019, les résultats sont plutôt positifs, dans la mesure où le système hospitalier a pu se procurer des substances qu‘il ne pouvait pas utiliser auparavant et qu‘il en contrôle la provenance et l’utilisation. C’est une procédure qui est déjà appliquée dans une trentaine de pays.
Mais l’idée de dépénaliser l’usage de la drogue et d’en libérer le marché va beaucoup plus loin.
Depuis les années 2000, l’usage libre du cannabis s’est progressivement élargi.
C’est le Canada qui a été précurseur. Dès 2001, le Canada autorise l’usage du cannabis dans le traitement de maladies lourdes et incurables à l’époque : le sida et le cancer. La France a d’ailleurs très récemment repris les mêmes protocoles. Mais en 2018, le Canada a été le premier à légaliser la consommation de cannabis à but récréatif.Le commerce est toutefois (comme l’alcool, d’ailleurs) contrôlé par l’Etat qui fixe les prix et donne les autorisations de créer des points de vente. 
Les Pays-Bas tolèrent la consommation de cannabis, donc la possession et la vente dans les coffee-shop depuis 2003.
  Israël autorise le cannabis à des fins médicales depuis 2006.
Ces expériences ont très récemment conduit de nombreux pays à alléger leur réglementation à des fins thérapeutiques mais aussi à des fins récréatives. Aux États-Unis, on le trouve dans les hôpitaux et en pharmacie, dans plus de 37 États et le Missouri vient de l’autoriser en vente libre. Au Chili, en Colombie, au Mexique, au Pérou, l’usage et le commerce sont autorisés mais sous le contrôle de l’Etat.
En Europe, 21 pays de l’Union européenne sur les 27 ont franchi le pas. Dont l‘Allemagne très récemment, tout comme la Belgique, la Grande Bretagne etc...
Le marché mondial du cannabis médical est évalué à 55 milliards de dollars. Il est évident que ça représente une infime partie du marché global et clandestin (où on doit approcher les 500 milliards, mais ces 50 milliards de dollars sont déjà soustraits au commerce illicite des trafiquants).
Et l’ampleur de ce marché, tout comme la perspective de croissance du secteur légal, fait déjà saliver bien des investisseurs.
D’abord quand le commerce est légalisé, la production l'est aussi. Aux États-Unis, au Canada, en Australie, des fermes spécialisées se sont développées. Les producteurs canadiens qui sont arrivés les premiers sur ces nouveaux marchés se taillent la part du lion : des groupes comme Canopy, Tilray sont leaders mondiaux d’autant qu’ils ont l’autorisation d’exporter pour accroître leurs débouchés. En Europe, le premier producteur est aux Pays-Bas avec des filiales en Israël et au Danemark. En Asie, c’est la Thaïlande le premier producteur de cannabis légal.
Mais au-delà des fermes de production, la spéculation s’est emparée de toute la chaine de valeur. De la production à la distribution. Et on trouve dans les starting-block, tous les grands de l’industrie pharmaceutique, mais surtout les grands groupes spécialisés dans le tabac (qui est pour eux un marché en décroissance rapide) et qui espèrent trouver avec le cannabis un relais de croissance. On trouve aussi les grands industriels mondiaux de l’alcool, deux ou trois américains, un grand groupe français, un groupe italien. Dans le plus grand secret, ils ont compris que la vente de cannabis au grand public pouvait répondre au même ressort marketing que la vente de vodka ou même de la bière pour un public de consommateurs plutôt jeunes.
Cette évolution apparemment inéluctable entamera sans doute le pouvoir des mafias qui contrôlent actuellement le trafic, mais peu probable que ça règle la question de la sécurité dans les quartiers difficiles.
Pour deux raisons :
La première, c’est que les trafiquants trouveront d’autres substances illicites et notamment les drogues chimiques. Si le marché juteux du cannabis disparaît, ils se tourneront vers d’autres secteurs.
 
La deuxième raison est que ce commerce contrôlé actuellement par des bandes et des délinquants permet à des milliers de jeunes et de familles de survivre et pour quelques chefs, de bien vivre. Les BMW et les Porsche vendue dans les banlieues de Paris ou de Marseille n’appartiennent pas toutes à des stars du football. Elles n’ont pas non plus été payées par le RSA. Il y a donc un problème de mutations à régler au niveau des activités. Et pas seulement dans les pays consommateurs. 
 
Source: atlantico.fr
 
 
1 commentaire En savoir plus… ›
Cannabis thérapeutique, des questions juridiques nouvelles
Par mrpolo,
En matière de cannabis, l’année 2019 aura été riche en révolutions juridiques. Sans même attendre, en décembre 2020, le vote sur la reclassification internationale du cannabis au sein de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 (ONU), les lois nationales des 23 mars et 24 décembre 2019 ont mis le régime actuel dans une tension constitutionnelle qui annonce assurément des questions juridiques nouvelles.
 

 
Par Nicolas HACHET, avocat à Bordeaux
 
La loi du 23 mars 2019 a d’abord redéfini le délit « d’usage illicite de stupéfiant » et rompu avec l’objectif sanitaire de lutte contre la toxicomanie qui lui avait été assigné. Les faits de consommation de cannabis peuvent désormais être punis d’une simple amende forfaitaire d’un montant de 200 €. Le délit d’usage illicite est pourtant né, faut-il le rappeler, avec la loi du 31 décembre 1970 toujours en vigueur dans le cadre d’une politique de soin-sous-contrainte destinée à obliger les utilisateurs de stupéfiant à se soigner. Aussi, et sauf à considérer que les usagers de cannabis ne sont pas des toxicomanes à protéger d’eux-mêmes, mais bien des délinquants qu’il faut punir, abandonner le soin et ne garder que la contrainte revient à punir un fait de maladie par une peine d’amende. Cette dernière hypothèse incompatible avec les concepts fondamentaux de notre système juridique oblige, au regard du principe de liberté individuelle, à s’interroger sur la justification de l’interdit. 
 
La loi du 24 décembre 2019 a pour sa part légalisé l’usage médical du cannabis sous sa forme végétale (fleurs séchées d’herbe de cannabis). Pour autant, le législateur n’a pas pris le soin de préciser le régime répressif applicable au cannabis thérapeutique. Les articles du code pénal consacrés aux stupéfiants comme les articles du code de la santé publique consacrés au trafic de médicaments lui sont théoriquement applicables. Dans les deux cas, la France respecte ses engagements internationaux.
 
La différence est loin d’être anodine : pour le trafic de médicament, les peines vont jusqu’à sept ans d’emprisonnement et 750 000 € d’amende, alors que pour le trafic de stupéfiants, les peines peuvent atteindre la réclusion criminelle à perpétuité et 7 500 000 € d’amende. Les nouveaux conflits de qualifications juridiques nés du « trafic de cannabis à usage médical falsifié (contrefait) », interrogent d’autant plus le principe d’égalité devant la loi pénale que les cannabis thérapeutiques et récréatifs ne se distinguent juridiquement que par leurs usages. Sous le régime actuel, le crime (d’auto-) production est systématiquement poursuivi sous la qualification de détention.
 
Les peines prononcées dans le cadre de comparution avec reconnaissance préalable de culpabilité sont hors d’échelle avec les peines prévues par le texte pénal qui exigent la comparution devant une Cour d’assise spéciale. Dès lors qu’il existe dans le code de la santé publique un régime répressif parfaitement substituable à celui du code pénal et manifestement plus adapté aux enjeux sanitaires et sécuritaires, le traitement judiciaire du cannabis interroge cette fois le principe de nécessité des peines.
 
Enfin, et puisque le code de la santé publique n’incrimine pas la consommation de médicament sans motif légitime, passer sous le régime répressif applicable aux médicaments permettrait d’abandonner définitivement le délit désuet d’usage illicite de cannabis. Ce que le pouvoir législatif aurait dû préciser pourrait bientôt être imposé au pouvoir réglementaire. Si le cannabis était retiré, en décembre 2020, du tableau IV de la Convention unique sur les stupéfiants comme le recommande l’Organisation Mondiale de la Santé, il devrait alors nécessairement, par un arrêté du ministre de la Santé pris sur proposition du directeur général de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, être retiré des annexes de l’arrêté du 22 février 1990 fixant la liste des substances classées comme stupéfiant pour être inclus dans les législations applicables aux médicaments à usages humains et autres produits pharmaceutiques réglementés, et bénéficier ainsi des régimes répressifs qui leur sont réservés.
 
Le pouvoir réglementaire qui tarderait à le faire, verrait les questions prioritaires de constitutionnalité bloquer les procédures judiciaires. Dans le nouvel ordonnancement, aux principes rappelés – nécessité des peines, égalité devant la loi pénale, liberté individuelle (appréhendés s’il le fallait selon les critères de la loi actuelle à l’aune de son bilan sanitaire et des exemples étrangers) – viendrait s’ajouter la question de la légalité des délits et des peines. Et dans l’attente de cette reclassification internationale que le législateur français a choisi de devancer, force est de constater que le régime actuel manque de base légale.
 
Après cinquante ans de prohibition du cannabis, la question des enjeux démocratiques liés à la répression de sa consommation, de sa détention, et de sa production à usage personnel dépassent sans doute sa classification purement administrative. Cette question, qui est l’expression d’un droit humain, relève bien de la norme suprême. Et si cette réforme de principe était attendue du pouvoir législatif, une décision de justice, à l’exemple de celles rendues par la Cour constitutionnelle de Karlsruhe (1994), la Cour fédérale de justice helvétique (2017), la Cour de cassation italienne (2019), pourrait bien, en matière de cannabis et dans un calendrier déposé, pencher en faveur de la liberté.
 
Source: echos-judiciaires.com
0 commentaire En savoir plus… ›
Mike Tyson veut assurer un meilleur dosage du cannabis grâce à l’impression 3D
Par Yotna2,
Publié le 24 juillet 2020 par Mélanie R.
Mike Tyson, impression 3D et cannabis : c’est à priori une drôle d’association et pourtant c’est une nouvelle qui a fait pas mal de bruit sur le marché de la fabrication additive. En réalité, ce n’est pas vraiment ce qu’on pense – l’ancien boxeur Mike Tyson ne va pas imprimer en 3D du cannabis. Son entreprise, The Ranch Companies, a en fait obtenu une licence mondiale pour imprimer en 3D des produits comestibles à base de cannabis, permettant ainsi un meilleur dosage de la plante utilisée dans de nombreux médicaments. Elle travaille main dans la main avec Smart Cups, une société américaine qui propose des boissons aromatisés conçues en partie grâce aux technologies 3D.
Basée en Californie, Smart Cups propose différents arômes enfermés dans de petites capsules imprimées en 3D qui se placent dans n’importe quel récipient – elle utilise elle, des gobelets en plastique. Placées au fond du verre, les capsules s’éclatent au contact d’un liquide (eau, soda, salive) et les arômes sont alors “libérés”, permettant d’obtenir une boisson à son goût, plus ou moins sucrée. Pour la startup, c’est une façon de réduire les coûts de stockage, les flux de transport mais aussi de proposer des goûts originaux et sur-mesure. Jusqu’ici la startup se concentrait sur le développement de poudres de protéines à faible teneur en matières grasses et enrichies en caféine. Avec ce partenariat avec The Ranch Companies, elle se penche désormais sur des produits à base de cannabis. 
Les arômes sont placés dans des capsules imprimées en 3D (crédits photo : Smart Cups)
Pour Mike Tyson, l’objectif est de mieux contrôler le dosage médicamenteux aujourd’hui réalisé par l’industrie pharmaceutique, un point de vue partagé par Smart Cups. Son CEO, Chris Kanik, explique : “Pour l’instant, l’industrie manque de cohérence. Lorsqu’un individu consomme 100 mg d’aspirine, où qu’il soit dans le monde, il est sûr de consommer la bonne dose. La technologie de Smart Cups peut apporter cette même confiance aux consommateurs. Dans le cadre du partenariat avec The Ranch, nous utilisons des cannabinoïdes solubles dans l’eau et sommes capables de les imprimer avec précision sur pratiquement n’importe quelle surface. Les actifs et les arômes imprimés sont libérés lorsqu’ils entrent en contact avec un liquide.” 
        Concrètement, au lieu d’avoir des arômes à base de citron, de framboise ou de thé vert, certaines capsules imprimées en 3D contiendront un dosage très précis de cannabis, une alternative peut-être plus intelligente pour les consommateurs. Rob Hickman, PDG de The Ranch Companies, ajoute : “Nous nous sommes associés avec les meilleures universités de recherche pour collecter des données cliniques essentielles à l’appui de la CBD à des fins médicales et pour le soulagement de la douleur. La technologie des « Smart Cups » est un nouveau système d’administration qui, nous le pensons, établira de nouvelles normes dans cette industrie.” Pour l’instant, ils attendent l’autorisation de commercialisation de leurs produits dans les Etats où le cannabis pour un usage thérapeutique est légal. Cela pourrait peut-être faire réfléchir certains dirigeants, au moins dans un but médical. Vous pouvez retrouver davantage d’informations ICI.
Que pensez-vous du nouveau partenariat entre Mike Tyson et Smart Cups ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !
 
Source : http://www.3dnatives.com/mike-tyson-cannabis-impression-3d-24072020/#!
0 commentaire En savoir plus… ›
Le cannabis est efficace pour soulager la douleur liée à la drépanocytose
Par Yotna2,
Par Jean-Guillaume Bayard
Le cannabis apparaît comme un traitement efficace pour soulager la douleur chronique des personnes atteintes de drépanocytose.
Yarygin/iStock   La drépanocytose est peu connue, bien qu'elle soit la première maladie génétique en France. Elle concerne 400 000 naissances par an dans le monde et 400 nouveaux-nés dans notre territoire. Cette maladie génétique héréditaire du sang se matérialise par une mutation dans notre ADN conduisant notre organisme à fabriquer une hémoglobine anormale qui déforme les globules rouges, les rendant “plus rigides et plus fragiles”, a précisé Jacques Elion à Pourquoi docteur à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre cette pathologie. Pour l’heure, il n’existe aucun traitement capable de la soigner, bien que des greffes de moelle osseuse et la thérapie génique apportent leurs lots d’espoir.
L’efficacité du cannabis pour réduire les douleurs augmente avec le temps
Des chercheurs américains ont découvert que le cannabis peut soulager les patients des douleurs chroniques qu’entraîne la drépanocytose. “Ces résultats d'essai montrent que le cannabis vaporisé semble être généralement sans danger, se réjouit Kalpna Gupta, professeur à l’université de Californie à San Francisco, qui a codirigé l’étude. Ils suggèrent également que les patients drépanocytaires peuvent être en mesure d'atténuer leur douleur avec le cannabis.” Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Jama Network Open. Actuellement, les traitements principaux pour atténuer les douleurs des patients sont à base d’opioïdes. L’augmentation des décès liés à une surconsommation des opioïdes a conduit les médecins à les prescrire moins fréquemment, laissant les patients drépanocytaires avec moins d’options. “Le cannabis pourrait aider la société à faire face à la crise de santé publique liée aux opioïdes”, appuie Kalpna Gupta.
Les résultats ont montré que l’efficacité du cannabis augmente avec le temps pour réduire les douleurs des volontaires souffrant de drépanocytose. Ces derniers ont décrit moins souffrir pendant qu’ils marchent et mieux dormir. Il y a également eu une baisse statistiquement significative de l'ampleur de la douleur affectant leur humeur. Pour cela, les chercheurs ont réalisé par un essai randomisé en double aveugle, avec l’utilisation d’un placebo. Il s’agit du premier essai à utiliser cette méthode de référence pour évaluer le potentiel de soulagement de la douleur du cannabis chez les personnes atteintes de drépanocytose. Le cannabis utilisé pour l’expérience contenait, à parts égales, du THC et du CBD, deux principes actifs de la plante. Vingt-trois patients souffrant de douleurs liées à la drépanocytose ont inhalé du cannabis vaporisé, ou son placebo, pendant deux séances d'hospitalisation de cinq jours, séparées d'au moins 30 jours pendant lesquels les chercheurs ont évalué les niveaux de douleur des participants.
Une alternative aux opioïdes
Cette étude offre une option supplémentaire aux médecins pour soigner les douleurs chroniques. “Nous avons encore besoin d'études plus large avec plus de participants pour nous donner une meilleure image de la façon dont le cannabis pourrait bénéficier aux personnes souffrant de douleur chronique”, tempère le chercheur. Les résultats ont montré les effets du cannabis pris sous forme vaporisée sans identifier les autres manières de consommer cette plante comme efficaces. “La douleur pousse de nombreuses personnes à se tourner vers le cannabis et est, en fait, la principale raison invoquée par les gens pour chercher du cannabis dans les dispensaires. Nous ne savons pas si toutes les formes de produits à base de cannabis auront un effet similaire sur la douleur chronique. Le cannabis vaporisé, que nous avons utilisé, peut être plus sûr que d'autres formes car de plus faibles quantités atteignent la circulation du corps. Cet essai ouvre la porte pour tester différentes formes de cannabis médical pour traiter la douleur chronique”, a conclu Kalpna Gupta.
 
Source : http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/33299-Le-cannabis-efficace-soulager-douleur-liee-la-drepanocytose
0 commentaire En savoir plus… ›
Maroc - Adapter la culture du kif à l’environnement, défi pour un nouveau modèle de développement
Par mrpolo,
Adapter la culture du kif à l’environnement
Face à la diversification des variétés de chanvre et même le recours à des
types génétiquement modifiés, la réflexion sur la réadaptation de cette
culture à son environnement d’origine au Maroc se pose.
Cet axe a fait partie d’un atelier de travail de la Commission spéciale
sur le modèle de développement (CSMD).
 
Photo d'illustration / Ph. Tom Perry - AFP
  Photo d'illustration / Ph. Tom Perry - AFP
Le chanvre est-il l’enfant mal-aimé d’une agriculture génératrice de revenus pour plusieurs ménages, mais otage d’un tiraillement législatif ? La question sur la structuration de cette activité plutôt que son impossible éradication se pose, surtout dans la région du Rif.
Tenu jeudi par la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD), un atelier de travail consacré au cannabis a abordé ce point. Ingénieur agronome, Kamal Kacimi a notamment abordé cet axe, prônant un accompagnement pour renforcer les savoir-faire locaux, plutôt qu’un investissement dans une culture alternative qui a montré ses limites.
Un revirement législatif contraignant
Lors de son intervention, le spécialiste a rappelé que sous le Protectorat, cette activité a été organisée par un Dahir. Au lendemain de l’Indépendance en 1956, le Maroc a rapidement adhéré à la Convention de Genève, ainsi qu’à la législation onusienne de lutte contre les drogues, ce qui a bouleversé une activité agricole jusque-là normalisée. Le cannabis fait désormais partie de la liste IV, qui regroupe la catégorie des substances les plus prohibées selon la Convention unique des Nations unies sur les stupéfiants de 1961.
Pourtant, cette culture a un rôle important dans la sédentarisation d’une grande partie de villageois et de familles rurales dans le Rif, selon Kamal Kacimi. Il rappelle qu’elle a même donné lieu à une migration inverse, de la ville vers la campagne, devenant «un secteur fortement employeur». C’est également «une culture dont la valeur reste supérieure à la culture régulée», d’où une importante partie de reconversion en culture alternative échoue souvent.
Cependant, les entrées les plus importantes de cette activité reviennent aux réseaux de narcotrafic. Malgré la mainmise des trafiquants qui s’enrichissent largement plus que les agriculteurs eux-mêmes, «50% des revenus des ménages» dans les zones cultivées vient du cannabis. En tout, le kif permet jusqu’à 80 000 DH d’entrées annuelles par famille, ce qui reste supérieur à la moyenne des gains des cultures alternatives.
«Il faut tenir compte de ces considérations pour élaborer un modèle qui soit accepté par les agriculteurs», recommande Kamal Kacimi, prônant un encadrement de l’Etat pour lutter contre l’exploitation par les trafiquants, tout en préservant les habitants locaux.
Capitaliser sur les savoir-faire familiaux pour industrialiser le secteur
Dans un autre registre, cet accompagnement structuré permettra de limiter les impacts environnementaux de l’utilisation de plantations génétiquement modifiées. Sur le plan agronomique, ces variétés sont exigeantes et encouragent une monoculture dévastatrice, à long terme, souligne Kamal Kacimi.
Pour cause, ces nouveaux types de chanvre demandent l’utilisation de fertilisants en nombre (6 à 7 quintaux par hectare), renchérissant le coût de la culture et accélérant la détérioration des sols. Ces variétés modifiées pour contenir un taux élevé en THC sont également gourmandes en eau. Pour un hectare, il faudra compter 10 000 mètres cubes, soit presque la quantité nécessaire à l’entretien du gazon.
Le souci devient ainsi celui de «contourner les narcotrafiquants et de conserver la sédentarisation» des habitants, tout en luttant contre l’épuisement des ressources naturelles. Pour ce faire, Kamal Kacimi propose d’ouvrir l’exploitation du kif à d’autres secteurs (textile, aliments de bétail, cosmétique, pharmacie).
Il s’agit de réfléchir à «un modèle de développement qui reconfigure la place du haschisch», pour asseoir un cadre légal conciliant intérêts des agriculteurs et émergence de l’économie nationale. «Il faut sauvegarder les actifs financiers des exploitants terriens et créer de nouveaux métiers, sans verser dans une forme de désapprentissage», analyse Kamal Kacimi.Par GHITA ZINE
Par : GHITA ZINE
Source: yabiladi.com
0 commentaire En savoir plus… ›
Des obstacles empêchent l’industrie du cannabis d’être inclusive et diversifiée
Par mrpolo,
La diversité raciale et de genre dans l’industrie de la marijuana « fait toujours défaut – en particulier dans les postes de propriété et de direction », selon Eli McVey, rédacteur en chef de MJBizDaily Research.
 

 
Bien que l’industrie ait pris des mesures pour s’améliorer, il en faut davantage, a noté McVey.
Les projecteurs nationaux étant actuellement davantage axés sur la réforme de la justice civile, des changements pourraient se profiler à l’horizon.
‘Assez isolant’
Les chefs d’entreprise minoritaires affirment qu’il existe des barrières importantes dans les institutions critiques qui empêchent nombre d’entre elles de devenir des acteurs importants dans l’espace.
Mark Slaugh, PDG de la société regtech iComply, a déclaré à qu’il estimait avoir fait une marque dans l’industrie depuis son lancement en 2011 et qu’il pouvait se fier à ses références. Cependant, les structures de pouvoir en place ont créé une expérience négative pour lui et d’autres minorités dans l’espace.
« Etre une minorité dans le cannabis, au Colorado, n’a pas été l’expérience la plus positive et c’est assez isolant quand je peux littéralement compter le nombre de propriétaires d’entreprises de cannabis minoritaires que je connais d’une part », a déclaré Slaugh.
Voir aussi: Comment la «  guerre contre la drogue  » et le système d’accueil nuisent aux minorités et aux familles à faible revenu
 
Le PDG a également signalé des cas où ses tentatives de collaboration ont été rejetées, tout en étant également la cible de prises de contrôle hostiles.
« On ne m’a jamais proposé d’investissements, de partenariats stratégiques ou de rachat qui n’essayaient pas de profiter de ce que j’ai construit et de le détourner à des fins de privilège », a-t-il déclaré. « Bien que personne n’ait été ouvertement raciste, il semble y avoir un sentiment d’élitisme parmi quelques élus qui sont culturellement différents de moi. »
Des obstacles existent également dans les institutions financières.
 
Marie Montmarquet est une vétéran de l’industrie depuis 13 ans et cofondatrice de Numéros MD Inc., une marque avec une gamme de produits de cannabis intégrés verticalement.
Il n’y a pas de modèle pour le succès de l’industrie sur le marché naissant, a expliqué Montmarquet. Cependant, les minorités sont souvent confrontées à des défis supplémentaires en raison d’un manque de capitaux et de biens immobiliers.
«La plupart des minorités n’ont pas accès aux prêts bancaires, aux marges de crédit ou à d’autres possibilités de prêt», a déclaré Montmarquet, citant comment le problème s’étend à toutes les industries.
 
La cofondatrice dit qu’elle s’est vue refuser la propriété et les opérations bancaires pendant la majeure partie de sa carrière dans le cannabis.
Dhaval Shah, PDG de Lullaby Wellness, a fait écho à des sentiments similaires, notant un manque d’investissement dans des entreprises minoritaires.
« Les investisseurs ne soutiennent tout simplement pas suffisamment les entreprises appartenant à des minorités, et vous le voyez partout », a déclaré Shah.
Plus à faire
Certains répondants ont déclaré se sentir les bienvenus dans l’espace.
«La communauté du cannabis m’a largement accueilli à bras ouverts», a déclaré Rob Mejia, fondateur de la plateforme d’éducation sur le cannabis Notre récolte communautaire et professeur adjoint de cannabis à l’Université de Stockton. «Il y a un sentiment d’excitation pour l’avenir, et j’ai été surpris par la quantité d’expertise et de relations auxquelles j’ai pu accéder.»
Pourtant, il y a des oublis découlant de l’échec de la guerre contre la drogue, dit iComply’s Slaugh.
 
« La communauté du cannabis doit comprendre l’impact de la guerre contre la drogue sur les Noirs et les autres communautés les plus touchées », a-t-il déclaré. « La légalisation du cannabis s’accélère, mais les personnes les plus touchées par son interdiction se voient refuser l’accès à un marché de plusieurs milliards de dollars et la possibilité de créer légalement de la richesse générationnelle. »
 
Le PDG, qui a déclaré que de nombreuses personnes comme lui avaient grandi avec des familles brisées par des peines de prison à base de marijuana, a déclaré que les propriétaires minoritaires avaient besoin d’un meilleur accès pour commencer à créer un marché de niveau.
« Sans accès à l’éducation sur les opportunités du marché légal, les investissements et les capitaux, et les ressources pour gérer efficacement une entreprise de cannabis, nous sommes marginalisés face aux entreprises MSO et aux richesses blanches qui prennent ce que nous avons construit », at-il ajouté.
 
Voir aussi: 65 hommes noirs et hispaniques exceptionnels menant le cannabis
D’autres ont souligné qu’il était nécessaire d’avoir une représentation dans tous les aspects du marché, des panneaux d’affichage à la salle de conférence.
Martine Francis Pierre, stratège en croissance et marketing, est une récente venue dans le secteur. Tout en développant sa marque marketing et en établissant une plaque tournante pour les entreprises appartenant à des Noirs, elle a noté à quel point de nombreuses entreprises manquent de diversité dans son leadership.
 
«En quelques semaines, je me suis rendu compte que le gros problème que tant de ces grandes marques de cannabis étaient devenus inclusifs dans tous les domaines», a déclaré Francis Pierre. « Nous parlons de bureaux d’entreprise, mais encore plus lorsque vous faites défiler Instagram ou que vous parcourez des panneaux d’affichage. Vous ne voyez pas de visages noirs ou bruns. »
Prochaines étapes
De nombreux répondants ont appelé les États à réviser leurs programmes de cannabis, à réviser leurs processus d’octroi de licences et à examiner les programmes d’équité sociale pour déterminer leur impact réel sur les communautés touchées.
«Le côté positif de l’industrie est que ces points sont entendus par les gouvernements locaux et, plus important encore, par des États entiers», a noté iComply’s Slaugh, qui souhaite que davantage de personnes de couleur soient sensibilisées aux opportunités du marché tout en recevant une assistance adéquate. l’entreprise se développe.
 
« Il ne suffit tout simplement pas de fournir une opportunité sans l’engagement des personnes les plus touchées par les erreurs et les inconvénients du passé », a déclaré Slaugh.
Montmarquet espère voir plus de propriétaires minoritaires dans l’espace également. Le co-fondateur a noté que ces entrepreneurs doivent être prêts pour le paysage apparemment en constante évolution de l’industrie du cannabis.
 
Montmarquet a également offert quelques conseils aux entrepreneurs.
«Renseignez-vous autant que vous le pouvez», dit-elle. «Si vous avez fait des recherches sur les lois, les processus d’autorisation, les réglementations, les coûts, les taxes, etc., pour la zone dans laquelle vous souhaitez opérer, cela vous permettra de prendre des décisions avec plus de confiance et plus rapidement.»
 
Source: africadaily.news
1 commentaire En savoir plus… ›
Des distri­bu­teurs de canna­bis vont être instal­lés dans les rues en Répu­blique tchèque
Par Yotna2,
Avant la fin de l’été, 50 distri­bu­teurs de canna­bis vont être instal­lés dans les grandes villes de la Répu­blique tchèque. Ces nouvelles machines propo­se­ront une variété de produits, des huiles aux têtes de beuh, riches en CBD, rappor­tait Expatz.CZ lundi 20 juillet.
En 2013, la Tché­quie a léga­lisé l’uti­li­sa­tion médi­cale du canna­bis. Deux ans plus tard, le pays auto­ri­sait égale­ment la produc­tion de produits à base de canna­bi­diol (CBD) conte­nant au maxi­mum 0,3 % de THC.
Les nouveaux distri­bu­teurs de canna­bis vendront ainsi trois grammes de chanvre embal­lés pour 28 euros ainsi que d’autres produits comme de l’huile de CBD ou même des désin­fec­tants au canna­bis. Pour le moment, seuls les produits de base sont dispo­nibles, explique René Siry, le direc­teur géné­ral du projet.
Crédits : CBDmat
« L’en­tre­prise espère pouvoir propo­ser une gamme plus large de produits CBD aux effets séda­tifs, anti­oxy­dants, anal­gé­siques et anti-inflam­ma­toires », ajoute Siry. Les produits ne seront vendus qu’aux personnes âgées de 18 ans ou plus.
Les machines seront d’abord instal­lées dans les villes majeures comme Prague ou Ostrava, puis dans le reste du pays au fil du temps. « Plus tard, les distri­bu­teurs de produits CBD pour­ront aussi être instal­lés dans les salles de sport, les hôtels ou les aéro­ports. »
Source : Expatz.CZ via ulyces.co
0 commentaire En savoir plus… ›
Barbra Streisand : 78 ans, et adepte du cannabis
Par mrpolo,
C’est une star que l’on ne présente plus. Grande chanteuse et actrice internationale, elle s’est faite connaître pour sa voix incroyable, mais aussi pour sa personnalité atypique, plutôt affirmée. L’interprète de Woman in Love (1980) est aussi connue pour certaines de ses prises de position envers le grand public, l’une d’entre elles concerne justement le cannabis. Non seulement elle est favorable à la consommation de cannabis, mais elle en est une ambassadrice assumée, pour l’ensemble des bienfaits. Retour sur le personnage.
 

Barbra Streisand au début des années 60.
 
Streisand, grande amatrice de cannabis
Actrice et chanteuse accomplie des années 1980, Barbra a connu des époques où fumer de la marijuana, du cannabis et autres substances était non seulement autorisé, répandu, mais aussi encouragé. Aujourd’hui, l’image du cannabis souffre un peu plus, mais cela n’empêche pas la star de 78 ans d’affirmer sa consommation (régulière) de cannabis, même encore aujourd’hui.
Attention cependant à ne pas confondre plusieurs choses. Il existe une différence entre le cannabis dit « récréatif » et le cannabis thérapeutique. Dans le premier cas, il s’agit souvent des plantes de cannabis qui se roulent et se fument, qui possèdent un effet psychoactif. Le cannabis thérapeutique, c’est l’usage d’autres composants, comme le CBD, à des fins esthétiques ou curatives, qui ne possède pas de dimension psychoactive.
Dans le cas de Barbra, le cannabis est utilisé sous toutes ses formes.
 
Pourquoi du CBD après 70 ans ?
Surnommée « Babs », la chanteuse a toujours été obsédée par l’envie de rester jeune et de paraître jeune. En cinquante ans de carrière, peu de rides, une peau toujours aussi ferme et un regard de biche. Le secret ? La chirurgie, certes, mais aussi des réflexes beauté qu’elle n’hésite pas à partager.
Déjà, elle consomme très peu, voire pas, d’alcool : les effets peuvent être dévastateurs, comme cela a été le cas pour certains de ses contemporains ou anciens collègues de scène. Bien sûr, celle qui s’est fait connaître pour son nez incroyable, a toujours des secrets classiques, comme celui d’utiliser des crèmes de soin, pour entretenir et hydrater sa peau. Mais c’est tout !
Qu’est-ce qui fait alors la différence ? Peut-être le fait qu’elle utilise de plus en plus de produits à base de CBD, la composante non-psychoactive du cannabis. Le CBD se retrouve dans les crèmes, les huiles et sont l’apanage de nombreuses célébrités pour ses vertus apaisantes, relaxantes et efficaces contre les troubles de la peau.
 
Une star parmi d’autres
Ainsi, Streisand n’est pas la seule à vanter les mérites du cannabis, mais aussi du CBD. Pour sa génération, on pourrait citer Morgan Freeman, désormais plus grand ambassadeur du cannabis thérapeutique aux États-Unis à cause de sa maladie handicapante, de même que Whoopi Goldberg, qui a vu ses problèmes de dos et de stress atténués après avoir débuté une consommation de CBD.
Cet engouement a mené les grandes marques esthétiques, telles que L’Oréal ou Kiehl’s, à développer des gammes à base de chanvre ou de cannabis… Thérapeutique bien sûr ! Barbara Streisand est tout simplement, encore une fois, dans la tendance !
 
Source: ouifm.fr
0 commentaire En savoir plus… ›
Drogues et amendes : un échec annoncé !
Par mrpolo,
Depuis le 16 juin dernier, toute personne contrôlée en train de consommer des stupéfiants ou en possession de petites quantités sur elle pourra être condamnée à payer une amende de 200 euros.
 
Cette « amende forfaitaire délictuelle » est, pour le moment, expérimentée dans les villes de Rennes (Ille-et-Vilaine), Reims (Marne), Créteil (Val-de-Marne) et Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne). Elle sera ensuite déployée à Marseille et Lille à partir de mi-juillet, puis sur l’ensemble du territoire national en 2021. Seronet fait le point sur cette mesure controversée.
Qu’est-ce que l’amende forfaitaire délictuelle ?
Cette amende de 200 euros est une procédure pénale dite « simplifiée » pour éviter le passage devant un-e juge. La législation actuelle, héritage de la loi sur les stupéfiants de 1970, interdit l’usage de drogues (mais aussi le transport, la détention, l’offre, la présentation de la drogue sous un jour favorable) et le sanctionne « par une peine de prison d’un an et de 3 750 euros d’amende ». La procédure de l’amende forfaitaire délictuelle cherche à criminaliser massivement et plus vite les personnes consommatrices prises en infraction et cela sans encombrer les juridictions, comme c’est le cas jusqu’à présent. La mesure a été adoptée en mars 2019. Elle faisait partie du projet de loi de programme 2018-2022 et de réforme de la justice.
 
Comment fonctionne-t-elle ?
Quand une personne est contrôlée pendant la consommation de stupéfiants ou en possession de petites quantités, les agents de verbalisation peuvent prononcer la sanction pour infraction d’usage ou de détention sous forme d’amende. Cette décision peut être prise par un agent de police, de gendarmerie ou tout autre agent public habilité à rédiger un procès-verbal simplifié sans le soumettre au procureur de la République.
 
Le montant de l’amende est fixe et ne peut pas être modifié par la personne qui verbalise, mais il varie en fonction du paiement : si on paie la contravention dans les 15 jours ou après 45 jours. L’amende forfaitaire délictuelle ne peut pas être utilisée par les forces de l’ordre quand la personne concernée est mineur, lorsque la personne concernée est en situation de récidive légale (1) ou lorsque plusieurs infractions sont constatées simultanément (par exemple : consommation et vente des stupéfiants).
 
Pourquoi l'avoir adoptée ?
Le rapport de la mission d’information relative à l’application d’une procédure d’amende forfaitaire au délit d’usage illicite de stupéfiants (25 janvier 2018) fait le constat d’un décalage entre la « prohibition théorique de la consommation des stupéfiants », héritée de la loi de 70, et une réalité du terrain où l’usage des drogues ne cesse d’augmenter. Ils en veulent pour preuve que les infractions pour simple usage de stupéfiant ont été multipliées par dix entre 2000 et 2015.
 
Et si l’on remonte plus loin, on atteint le vertige. On passe ainsi de 14 000 cas d’affaires liées au cannabis en 1990 à 107 000 en 2020, soit une augmentation de 760 % en 20 ans, pour le cannabis, dont la consommation dans le même temps a augmenté de 320 %. Ils font aussi le constat que les juges n’appliquent pas réellement les peines de prison prévues par la loi, mais utilisent massivement des « peines alternatives » comme l’obligation d’effectuer des stages de sensibilisation ou de se soumettre à des traitements thérapeutiques. De plus, dans 65 % des cas, ces peines alternatives sont en réalité des « rappels à la loi » qui ne sont pas inscrites dans le casier judiciaire. Et sans parler de la grande diversité territoriale qui existe selon les parquets.
 
L’amende forfaitaire délictuelle a été créée pour les infractions de conduite d’un véhicule sans permis ou sans assurance, donc des infractions considérées plus graves qu’un simple PV pour non-paiement de parking ou excès de vitesse. Souhaitant renforcer la répression des drogues, les parlementaires ont donc adopté cette nouvelle procédure dite simplifiée d’amende forfaitaire délictuelle où les personnes consommatrices sont condamnées pénalement avec une sanction économique sans passage au tribunal.
 
Quels problèmes pose-t-elle ?
En raison de sa nature, cette amende est bien inscrite dans le casier judiciaire et son objectif affiché est le renforcement de la répression des consommateurs de manière « égalitaire, rapide et efficace » sur tout le territoire national. Sans surprise, la mise en place de l’amende forfaitaire délictuelle confirme l’échec annoncé (de longue date) de la prohibition des drogues parce que la répression n’a pas d’effets sur la consommation des stupéfiants. Il suffit de voir ce qui se passe sur le seul cannabis. Si on prend l’année 2014, 170 000 personnes usagères de cannabis ont été interpellées, trois fois plus que sur l’année 1994. Par ailleurs : 83 % des causes d’interpellation sont liées à l’usage contre 6 % pour le trafic seul. On pourrait se dire qu’avec un tel arsenal répressif la consommation stagne voire baisse. Ce n’est pas le cas : la France est le premier pays consommateur de cannabis d’Europe.
 
À l’occasion de la journée « Support don’t punish » (26 juin), AIDES Bretagne a dénoncé l’expérimentation de cette amende forfaitaire délictuelle à Rennes. « Cette expérimentation a été mise en place dans l’opacité légale », explique l’association. Et de poursuivre : « Les amendes forfaitaires délictuelles cherchent à pénaliser massivement les usagers-ères, et la dérive de leur utilisation est facile envers certains publics, tel le public étudiant, marginalisé, racisé ou connu des forces de l’ordre. Elles sont donc un outil de répression supplémentaire qui aggrave la discrimination et la stigmatisation des usagers-ères de drogues ».
 
Dans un livre blanc, publié en novembre 2018, plusieurs ONG et syndicat (AIDES, Asud, la Fédération Addiction, La ligue des droits de l’Homme, Médecins du Monde, SOS Addictions, Principes actifs, Psychoactif, Observatoire international des prisons/OIP France, le CIRC, NormL France et le Syndicat de la magistrature) rappelaient les problèmes (obstacles juridiques, progressivité des peines, etc.) qui « annonçaient un échec » de cette mesure.
 
Y a-t-il un risque de fichage ?
Oui. La loi prévoit qu’à partir le 1er juillet 2021, l’amende soit inscrite au casier judiciaire et supprimée au bout de trois ans si la personne n’est pas condamnée à une peine criminelle ou correctionnelle, et si elle ne fait pas l’objet d’une nouvelle amende forfaitaire délictuelle pendant ce temps. Or, en attendant la mise en place de ces dispositions, et afin de pouvoir vérifier qu’il existe une récidive, le mécanisme d’application en cours prévoit l’inscription de ces amendes dans des fichiers judiciaires. 
 
A priori, les amendes seraient donc inscrites dans le fichier de traitement des antécédents judiciaires (TAJ) mais depuis avril 2020, il est également envisagé que les amendes pour consommation de stupéfiants soient inscrites dans un fichier dit de « contrôle automatisé » créé pour partager les données relatives aux infractions du code de la route avec un grand nombre d’acteurs, comme des agents de sécurité municipaux ou des entreprises de location de voitures. Pour les ONG, ce fichier n’assure pas une bonne protection des données personnelles, puisqu’il permet un partage facile avec différents-es acteurs qui n’ont pas compétence à constater des délits et les conserve pendant dix ans (contre trois ans pour le casier judiciaire).
 
Les amendes forfaitaires délictuelles constituent donc un outil de répression, qui aggrave la discrimination et la stigmatisation des usagers-ères des drogues. Cette procédure n’est en rien une dépénalisation de la consommation des drogues.
Comme on le voit, AIDES combat l’instauration de cette mesure comme de toutes celles discriminant et stigmatisant les consommateurs de drogues. L’association propose de longue date une autre politique des drogues. Une politique qui passe par des modèles alternatifs de régulation (légalisation, dépénalisation, etc.) comme cela est en vigueur dans d’autres pays (Portugal, République Tchèque, Argentine, Mexique, Colombie, Norvège, Uruguay, Canada, certains États des États-Unis).
 
Il est intéressant de voir que cette question qui électrise régulièrement la classe politique française connaît régulièrement des tournants. On peut interpréter ainsi la récente tribune publiée dans L’Obs où des élus-es de tous bords réclament la légalisation du cannabis. Dans son communiqué, AIDES Bretagne demande « l’arrêt de l’expérimentation concernant l’amende forfaitaire délictuelle sur la ville de Rennes » et plus largement « l’abandon de la pénalisation des usagers-ères sur tout le territoire national ». « Il nous paraît nécessaire qu’un dialogue apaisé et constructif entre les différentes parties prenantes (forces de l’ordre, professionnels-les de santé, associations communautaires) afin de remettre au cœur de l’action publique les droits et la santé des usagers-ères de drogues ». Et de conclure : « les politiques répressives contre les drogues, n’ont jamais fait leurs preuves, alors que notre expérience a démontré la réussite des politiques de réduction des risques ».
 
(1) : Une ambiguïté persiste dans la législation concernant la récidive. En effet, le code de la santé publique affirme que, concernant l’usage de stupéfiants, l’amende forfaitaire peut être appliquée « y compris en cas de récidive » (art. 3421-1). Cependant, dans le code de procédure pénale, il est accepté que « la procédure de l’amende forfaitaire n’est pas applicable (…) en état de récidive légale » (art. 495-17).
 
Source: seronet.info
4 commentaires En savoir plus… ›
A Saint-Ouen, dealers et habitants passent un «pacte» pour une vie plus tranquille
Par mrpolo,
Une amicale de locataires de la cité Charles-Schmidt a négocié la paix sociale avec les trafiquants. Le deal ? «moins de nuisances», en échange de les laisser «faire leur business». Et ça marche.

 
Le Parisien rapporte qu'un accord a été passé entre habitants et dealers dans un quartier de Saint-Ouen pour stopper les nuisances sonores la nuit. Un pacte "inacceptable" selon un syndicat de police.   Un accord pour le moins inhabituel. Dans une cité du sud de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), des habitants ont passé un contrat avec des trafiquants de drogue afin de favoriser le calme une fois la nuit tombée, a rapporté Le Parisien dimanche. Un accord qui intervient dans "l'un des points de deal les plus prisés du secteur", selon le quotidien.
Le droit de "vivre tranquillement"
"S'il vous plaît, le sommeil est important pour commencer une bonne journée. Silence après 22 heures! De la part des jeunes et des habitants." L'entente s'est matérialisée par une affiche, accrochée aux portes de l'immeuble. Elle a été créée par les habitants et les dealers.
  Un collectif d'une quarantaine d'habitants s'est récemment accordé avec les trafiquants de drogue du quartier pour que ces derniers stoppent leurs business dans le hall d'immeuble après 22 heures et qu'ils cessent les nuisances sonores une fois la nuit tombée.
Les habitants tiennent à souligner qu'ils ne veulent pas faire la "guerre" aux trafiquants, estimant que c'est "le rôle de l'État".
 
Une "démission" de l'État
L'article n'a en tout cas pas manqué de faire réagir certaines personnalités politiques, pour dénoncer ce qu'elles voient comme un affaiblissement de l'État.
 
Un contrat également "inacceptable" aux yeux du syndicat de police Synergie-Officier, qui déplore que "l'ordre républicain" soit "supplanté par un autre".
"Je comprends les locataires qui veulent la paix. Au bout d'un moment t'en peux plus. Si tout le monde commence à faire ça c'est énorme! La question qu'on peut se poser c'est 'qu'en pense le bailleur?'", s'interroge ce lundi Elina Dumont sur RMC. Car selon Le Parisien, cet accord serait aussi un pied de nez des habitants au bailleur, Seine-Saint-Denis Habitat. Les résidents dénoncent effectivement un abandon, évoquant l'absence de gardien et un ascenseur en panne pendant trois mois. 
 
Les deux parties gagnantes
Un accord qui n'a rien d'étonnant pour le professeur d'Economie Gilles Raveaud: "C'est un grand classique, la mafia qui assure l'ordre dans des villes entières c'est connu. Les dealers eux-aussi ont besoin de tranquillité pour faire leur business", estime-t-il avant de plaider à demi-voix pour une dépénalisation de la marijuana.
 
 
En cas de légalisation du cannabis, Terra Nova dans un rapport datant de 2014, estime que l'Etat français pourrait empocher environ 1,7 milliard d'euros de recettes fiscales, auxquelles il faudrait ajouter une économie de 500 millions d'euros en raison de la fin de la répression. 
 
Guillaume Dussourt  
Sources: rmc.bfmtv  & leparisien.fr  
 
 
 
 
 
0 commentaire En savoir plus… ›